Auguste Ange Marie CAILLIBOTTE (1885-1970) : Différence entre versions

De Les Côtes-d'Armor dans la Grande Guerre
(Guerre 14-18)
Ligne 15 : Ligne 15 :
  
 
Registre matricule 2361 de la classe 1905.
 
Registre matricule 2361 de la classe 1905.
Il passe le conseil de révision est est ajourné en 1905, exempté en 1907, ce qui ne l’empêche pas d'être déclaré apte au service armé le 24 décembre 1914 ;
+
Il passe le conseil de révision et est ajourné en 1905, exempté en 1907, ce qui ne l’empêche pas d'être déclaré apte au service armé le 24 décembre 1914 ;
 
la veillée de Noël n'a pas du être joyeuse à la Ville Madeleine ! il rejoindra son corps,  le [[1e régiment d'infanterie coloniale]] le 18 février 1915 comme soldat de 2e classe.   
 
la veillée de Noël n'a pas du être joyeuse à la Ville Madeleine ! il rejoindra son corps,  le [[1e régiment d'infanterie coloniale]] le 18 février 1915 comme soldat de 2e classe.   
 
Nommé caporal, Il rejoint le 1e régiment d'artillerie de campagne le 2 septembre 1917.  
 
Nommé caporal, Il rejoint le 1e régiment d'artillerie de campagne le 2 septembre 1917.  
Ligne 23 : Ligne 23 :
 
<br/>
 
<br/>
 
<br/>
 
<br/>
 
  
 
==Après la guerre==
 
==Après la guerre==

Version du 15 décembre 2013 à 16:36


1917 - Auguste CAILLIBOTTE au 14e rgt te tirailleurs malgaches


Sommaire

Origine et Famille

Auguste Ange Marie CAILLIBOTTE est né le 2 août 1858 au village de la Ville Madeleine à Pléneuf-Val-André,commune du Penthièvre. Il est le fils de de Joseph CAILLIBOTTE, laboureur, et d'Angélique BAHIER.

Guerre 14-18

Registre matricule 2361 de la classe 1905. Il passe le conseil de révision et est ajourné en 1905, exempté en 1907, ce qui ne l’empêche pas d'être déclaré apte au service armé le 24 décembre 1914 ; la veillée de Noël n'a pas du être joyeuse à la Ville Madeleine ! il rejoindra son corps, le 1e régiment d'infanterie coloniale le 18 février 1915 comme soldat de 2e classe. Nommé caporal, Il rejoint le 1e régiment d'artillerie de campagne le 2 septembre 1917.

Il est blessé le 27 septembre 1915 à Souain d'éclats d'obus avec plaies multiples ; après 18 mois d'hôpital en hôpital et en maisons de convalescence, il est réincorporé le 19 avril 1917 au 14e bataillon de tirailleurs malgaches.



Après la guerre


Auguste reviendra de la guerre et conservera une boiterie consécutive à des éclats d'obus dans le calcanéum, et des séquelles cardiaques avec des "projectiles restant inclus dans la région du cœur "

Il a 34 ans quand il se marie à Pléneuf le 5 mai 1920 avec Eugénie GUIHOT, 20 ans ; elle avait perdu son fiancé à la guerre, puis son frère Joseph Pierre Marie GUIHOT (1896-1918). Sa mère Agathe DOUALAN n'y survivra pas et meurt de chagrin en 1919. Elle donc orpheline de mère à 19 ans, avec sa jeune sœur Francine âgée de 16 ans.

1920 Mariage CAILLIBOTTE-GUIHOT à l'Henriade


Après la mort d'un fils ainé à la naissance en 1921, ils en eurent quatre autres de 1923 à 1930, tous nés au village de l'Henriade, chez le beau-père, Jean-Pierre GUIHOT. Ils viendront ensuite exploiter la ferme de la Ville-Pichard. En 1957 ils suivent leur fils Auguste qui s'installe dans de département des Landes puis dans le Gers comme exploitant agricole.

Auguste meurt le 1er septembre 1970, le même jour que François Mauriac ; Eugénie lui survira 20 ans et 2 jours. Ils sont enterrés dans le cimetière de Bahus-Soubirans (40)


Souvenirs de famille

Sources

Acte de naissance AD22


Auguste CAILLIBOTTE est mon grand-père maternel.

envoyer un mail à Marie Boucher - objet Auguste CAILLIBOTTE

Outils personnels