Chronique de Lanloup (1914-1918) : Différence entre versions

De Les Côtes-d'Armor dans la Grande Guerre
m
 
Ligne 53 : Ligne 53 :
 
A Lanloup le 10 juillet 1919<BR>
 
A Lanloup le 10 juillet 1919<BR>
 
L'instituteur<BR>
 
L'instituteur<BR>
M. Guériaux<BR>
+
M. Guinard<BR>
 
</DIV>
 
</DIV>
 
[[catégorie:chronique|Lanloup]]
 
[[catégorie:chronique|Lanloup]]

Version actuelle en date du 16 août 2022 à 13:11

Label 14-18 2.jpg

CENTRE GÉNÉALOGIQUE DES CÔTES D'ARMOR
Contact
Adresse : 3 bis rue BEL ORIENT
22000 SAINT-BRIEUC
Téléphone : 02 96 62 89 00
Pictos contact.png Courriel : secretariat@genealogie22.bzh
Cg22 centre.png Site Web : http://www.genealogie22.bzh

Commune de Lanloup
Histoire locale de la guerre.

Sommaire

[modifier] Fiche A : Mobilisation

La mobilisation s'est effectuée sans incidents. La population étant en grande partie composée de familles de marins, le départ des hommes appelés a eu lieu à des dates très différentes et l'instituteur, mobilisé dès le 4 août 1914 n'a pu faire aucune remarque à ce sujet.

[modifier] Fiche B : Administration communale

Le maire et l'adjoint n'ayant pas été touchés par la mobilisation, la guerre n'a apporté aucun changement dans l'administration de la commune et le rôle des instituteurs a simplement consisté à aider la municipalité dans l'établissement et la délivrance des cartes d'alimentation.

[modifier] Fiche C : Ordre public

L'ordre public a été parfait; aucun délit important n'a été constaté et le maire n'a même pas cru devoir s'adjoindre un garde-champêtre.

[modifier] Fiche D : Vie économique

La vie économique n'a guère été troublée. Seuls six cultivateurs de la commune ont été mobilisés, aussi les terres ont-elles été ensemencées régulièrement. Les autres combattants sont des marins qui, avant la guerre, ne passaient que peu de temps au pays.

Le ravitaillement s'est fait assez facilement jusqu'en 1918, époque à laquelle la rareté du blé et du sucre a causé quelques ennuis.
Le moratorium a été inconnu dans la commune.

[modifier] Fiche E : Assistance - paupérisme - allocations

Grâce aux allocations, les rares familles dont le soutien est ouvrier ont pu supporter l'augmentation du coût de la vie sans trop souffrir.
Le reste de la population semble s'être plutôt enrichi.

a) Cultivateurs :

Le prix des denrées ayant augmenté dans des proportions atteignant parfois le décuple (pommes de terre primes, poulets), il s'en est suivi une recrudescence du bien-être général qui se reconnait aux signes suivants :
- Fermiers achetant des biens, des machines agricoles;
- Toilettes des femmes, achat de bicyclettes dans toutes les maisons, etc.

b) Marins :

Le salaire des marins a été triplé. Les pêcheurs de morues qui, jusqu'en 1914, gagnaient de 1000 à 1200 F par an, ont reçu pour les campagnes 1916, 1917 et 1918 des sommes variant de 3000 à 5000 F.

[modifier] Fiche G : ?

Néant

[modifier] Fiche H : Combattants

  • Morts au champ d'honneur
a) Armée
  1. LE ROUX Émile, soldat, disparu le 29 août 1914.
  2. LE BITTER Joseph, soldat, mort en captivité le 15 mai 1915.
  3. LE BITTER Édouard, soldat, tué le 7 septembre 1915 à Saint-Hilaire-le-Grand (Marne).
  4. LE ROY Jean Marie, soldat, tué le 5 février 1916 à Bouchavesnes (Somme).
  5. LE BOUBENNEC Joseph, soldat, décédé le 1er août 1918 des suites de ses blessures à Bar-le-Duc (Meuse).
b) Marine
  1. OLLIVIER Pierre, second-maître mécanicien le 17 août 1918, incendie du vapeur "Moghrab"
  2. LE CORNEC Yves, quartier-maître, disparu à bord du sous-marin "Diane", le 27 novembre 1917.
  • Morts de maladie pendant la guerre
  1. LE CORNEC François, capitaine au long cours, décédé le 21 novembre 1918, mobilisé sur le "Saint-Vincent".
  2. LE CORNEC Joseph, soldat auxiliaire, hôpital de Bourges (Cher), le 25 novembre 1918.
  • Blessés
  1. ALLAINGUILLAUME François, soldat, perte d'un oeil, Croix de guerre et Médaille militaire.
  2. LAINÉ Joseph, soldat, fracture du poignet, 3 blessures, Croix de guerre .
  3. ÉTIENNE Arsène, marin, mobilisé dans l'infanterie, chute et lésion de la moëlle épinière.
  4. ÉTIENNE Jean, marin, mobilisé dans l'infanterie coloniale, fracture de la jambe.
  5. MENGUY Joseph, soldat, fracture de l'avant-bras.

A Lanloup le 10 juillet 1919
L'instituteur
M. Guinard

[modifier] Sources


--Jylaigre (discussion) 23 janvier 2014 à 15:37 (CET)

Outils personnels