Constant Isidore SAUNEUF (1889-1933) : Différence entre versions

De Les Côtes-d'Armor dans la Grande Guerre
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
== Origine et famille ==
 
== Origine et famille ==
  
'''Constant Isidore''' est né le jeudi 30 mai 1889 à [[Plédéliac]] au lieu-dit de La Goudais. Ses parents sont '''Constant''', laboureur à [[Plédéliac]], décédé en 1891, marié à '''Joséphine BOURGAULT''', ménagère, qui décédera à [[Plédéliac]] en 1954.  
+
'''Constant Isidore''' est né le jeudi 30 mai 1889 à [[Plédéliac]] au lieu-dit de La Goudais. <br />
 +
Ses parents sont '''Constant''', laboureur à [[Plédéliac]], décédé en 1891, marié à '''Joséphine BOURGAULT''', ménagère, qui décédera à [[Plédéliac]] en 1954.  
  
 
== Guerre 14-18 ==
 
== Guerre 14-18 ==
  
'''Constant Isidore SAUNEUF''' est incorporé au [[48e régiment d'infanterie]] à compter du 1er octobre 1910. Il arrive au corps en tant que soldat de 2e classe le 5 octobre 1910. Il est envoyé en congé le 25 septembre 1912 et passe dans la réserve active. Rappelé à l'activité par décret de mobilisation générale au 1er août 1914, il arrive au corps le 3 août. Le 6 août, il part aux armées avec la 5e Cie. Il est blessé le 5 octobre 1914 puis évacué et dirigé vers l'hôpital auxiliaire N° 12 de Paris le 9 octobre 1914. Le 14 mai 1915, il est transféré à l'hôpital auxiliaire N°33 de Paris, puis au N° 70 le 22 mai 1915 et enfin à l'hôpital militaire, dépôt annexe de Vanves le 17 août 1915. A compter du 26 août 1915, il obtient un congé de convalescence de 2 mois. Rentré au dépôt le 26 octobre 1915, il est affecté au [[126e régiment d'infanterie]] le 16 février 1916 (CM2). Le 3 août 1917, il passe à la 5e compagnie. De nouveau blessé, il est évacué sur l'HOE de Bouleuse le 18 novembre 1917. Il obtient ensuite un congé de convalescence de 10 jours à compter du 7 janvier 1918. Le 17 du même mois, il rejoint la CID24 aux armées. Il passe ensuite au [[126e régiment d'infanterie]] le 21 avril 1918. Le 17 août 1919, il est mis en congé illimité de démobilisation ; 7e échelon ; N°92 par le DD du [[47e régiment d'infanterie]].
+
'''Constant Isidore SAUNEUF''' est incorporé au [[48e régiment d'infanterie]] à compter du 1er octobre 1910. <br />
 +
Il arrive au corps en tant que soldat de 2e classe le 5 octobre 1910. <br />
 +
Il est envoyé en congé le 25 septembre 1912 et passe dans la réserve active. <br />
 +
Rappelé à l'activité par décret de mobilisation générale au 1er août 1914, il arrive au corps le 3 août. <br />
 +
Le 6 août, il part aux armées avec la 5e Cie. Il est blessé le 5 octobre 1914 puis évacué et dirigé vers l'hôpital auxiliaire N° 12 de Paris le 9 octobre 1914. <br />
 +
Le 14 mai 1915, il est transféré à l'hôpital auxiliaire N°33 de Paris, puis au N° 70 le 22 mai 1915 et enfin à l'hôpital militaire, dépôt annexe de Vanves le 17 août 1915. <br />
 +
A compter du 26 août 1915, il obtient un congé de convalescence de 2 mois. <br />
 +
Rentré au dépôt le 26 octobre 1915, il est affecté au [[126e régiment d'infanterie]] le 16 février 1916 (CM2). Le 3 août 1917, il passe à la 5e compagnie. <br />
 +
De nouveau blessé, il est évacué sur l'HOE de Bouleuse le 18 novembre 1917. <br />
 +
Il obtient ensuite un congé de convalescence de 10 jours à compter du 7 janvier 1918. <br />
 +
Le 17 du même mois, il rejoint la CID24 aux armées. <br />
 +
Il passe ensuite au [[126e régiment d'infanterie]] le 21 avril 1918. <br />
 +
Le 17 août 1919, il est mis en congé illimité de démobilisation ; 7e échelon ; N°92 par le DD du [[47e régiment d'infanterie]].
  
 
== Après la guerre ==
 
== Après la guerre ==
  
'''Constant Isidore SAUNEUF''' se retire à [[Plédéliac]]. Il obtiendra une pension temporaire de 20% par la commission de réforme de Rennes du 15 octobre 1919 pour gêne à la mastication par perte de 18 dents et fracture ancienne du maxillaire inférieur ; Diminution légère du dynamisme à l'avant bras droit (fracture du cubitus) ; Gêne des mouvements de la colonne vertébrale dans la région dorso-cervicale. Le dimanche 19 octobre 1922, il se marie avec '''Marie reine REBOURS''' à [[Plédéliac]]. Une pension définitive de 15% lui sera allouée par la commission de réforme de Dinan du 7 août 1923. Il sera placé dans la position dite « sans affectation » le 1er septembre 1927 et décédera le 25 février 1933 à [[Plédéliac]].  
+
'''Constant Isidore SAUNEUF''' se retire à [[Plédéliac]]. <br />
 +
Il obtiendra une pension temporaire de 20% par la commission de réforme de Rennes du 15 octobre 1919 pour gêne à la mastication par perte de 18 dents et fracture ancienne du maxillaire inférieur ; Diminution légère du dynamisme à l'avant bras droit (fracture du cubitus) ; Gêne des mouvements de la colonne vertébrale dans la région dorso-cervicale. Le dimanche 19 octobre 1922, il se marie avec '''Marie reine REBOURS''' à [[Plédéliac]]. <br />
 +
Une pension définitive de 15% lui sera allouée par la commission de réforme de Dinan du 7 août 1923. <br />
 +
Il sera placé dans la position dite « sans affectation » le 1er septembre 1927 et décédera le 25 février 1933 à [[Plédéliac]].  
  
 
== Sources ==
 
== Sources ==

Version du 31 mai 2014 à 11:16

Sommaire

Origine et famille

Constant Isidore est né le jeudi 30 mai 1889 à Plédéliac au lieu-dit de La Goudais.
Ses parents sont Constant, laboureur à Plédéliac, décédé en 1891, marié à Joséphine BOURGAULT, ménagère, qui décédera à Plédéliac en 1954.

Guerre 14-18

Constant Isidore SAUNEUF est incorporé au 48e régiment d'infanterie à compter du 1er octobre 1910.
Il arrive au corps en tant que soldat de 2e classe le 5 octobre 1910.
Il est envoyé en congé le 25 septembre 1912 et passe dans la réserve active.
Rappelé à l'activité par décret de mobilisation générale au 1er août 1914, il arrive au corps le 3 août.
Le 6 août, il part aux armées avec la 5e Cie. Il est blessé le 5 octobre 1914 puis évacué et dirigé vers l'hôpital auxiliaire N° 12 de Paris le 9 octobre 1914.
Le 14 mai 1915, il est transféré à l'hôpital auxiliaire N°33 de Paris, puis au N° 70 le 22 mai 1915 et enfin à l'hôpital militaire, dépôt annexe de Vanves le 17 août 1915.
A compter du 26 août 1915, il obtient un congé de convalescence de 2 mois.
Rentré au dépôt le 26 octobre 1915, il est affecté au 126e régiment d'infanterie le 16 février 1916 (CM2). Le 3 août 1917, il passe à la 5e compagnie.
De nouveau blessé, il est évacué sur l'HOE de Bouleuse le 18 novembre 1917.
Il obtient ensuite un congé de convalescence de 10 jours à compter du 7 janvier 1918.
Le 17 du même mois, il rejoint la CID24 aux armées.
Il passe ensuite au 126e régiment d'infanterie le 21 avril 1918.
Le 17 août 1919, il est mis en congé illimité de démobilisation ; 7e échelon ; N°92 par le DD du 47e régiment d'infanterie.

Après la guerre

Constant Isidore SAUNEUF se retire à Plédéliac.
Il obtiendra une pension temporaire de 20% par la commission de réforme de Rennes du 15 octobre 1919 pour gêne à la mastication par perte de 18 dents et fracture ancienne du maxillaire inférieur ; Diminution légère du dynamisme à l'avant bras droit (fracture du cubitus) ; Gêne des mouvements de la colonne vertébrale dans la région dorso-cervicale. Le dimanche 19 octobre 1922, il se marie avec Marie reine REBOURS à Plédéliac.
Une pension définitive de 15% lui sera allouée par la commission de réforme de Dinan du 7 août 1923.
Il sera placé dans la position dite « sans affectation » le 1er septembre 1927 et décédera le 25 février 1933 à Plédéliac.

Sources

  • Mes recherches généalogiques
  • Registre matricule

Cette page a été rédigée par Laurent SAUNEUF, adhérent CG22 N°2515, arrière-petit-fils de Constant Isidore SAUNEUF.

Outils personnels