Eugène Jean Baptiste BRIAND (1882-1937)

De Les Côtes-d'Armor dans la Grande Guerre
Version du 31 décembre 2014 à 17:02 par MartineLanglais (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Sommaire

Origine et Famille

Label 14-18 2.jpg

CENTRE GÉNÉALOGIQUE DES CÔTES D'ARMOR
Contact
Adresse : 3 bis rue BEL ORIENT
22000 SAINT-BRIEUC
Téléphone : 02 96 62 89 00
Pictos contact.png Courriel : secretariat@genealogie22.bzh
Cg22 centre.png Site Web : http://www.genealogie22.bzh
 
Emmanuel BRIAND
(1798-1879)
 
Marie REVAULT
(1812-1862)
 
 
Hyacinthe CARRE
(1818-1891)
 
Modeste POIGNAND
(1823-1905)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean BRIAND
(1845-1901)
 
 
 
 
 
 
Modeste CARRE
(1848-)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eugène Jean Baptiste
(1882-1937)
 
 
Félix BRIAND
(1883-1915)
 
 
 
 



Eugène est né le 29 septembre 1882 à Plumaugat au foyer de Jean Marie et Modeste CARRE. Il réside au Hameau de La Ville-es-Gaudin avec sa mère, ses huit soeurs et son frère Félix Jean Marie Eugène BRIAND (1883-1915), son père étant décédé en 1901. Eugène a connu plusieurs domiciles successifs . Le 14 mars 1908 il est déclaré domicilié à Saint-Chéron (Essonne), puis le 18 janvier 1909 à Morangis (Essonne) et enfin le 12 février 1912 à Gastins (Seine-et-Marne).


Guerre 14-18

  • Soldat de la classe 1902, Eugène est ajourné en 1903 pour cause de faiblesse (sans autre précision) et classé dans les Services Auxilliaires en 1905.
  • Classé dans le service armé par décision de la commission de réforme de Dinan du 30 octobre 1914.
  • Rappelé à l'activité par suite de mobilisation générale du 1er août 1914, il arrive au corps le 23 novembre 1914, passe au 94e régiment d'infanterie[1] le 8 février 1915 et est évacué blessé le 15 mai 1915 (Combats à Bagatelle en Argonne).[2]
  • Demande pour une pension de retraite par la Commission d'Angoulème du 11 septembre 1915 pour "énucléation de l'oeil gauche" suite de blessures de guerre par balle.
  • Admis à une pension de retraite de 618 francs par décision ministérielle du 23 février 1916.
  • Rayé des contrôles le 23 février 1916.

Campagne contre l'Allemagne du 23 novembre 1914 au 23 février 1916.

Blessures et citations :

  • Blessé le 15 mai 1915 à Bagatelle, plaie oeil gauche par balle.
  • Excellent soldat blessé à son poste, "énucléation de l'oeil gauche"
  • Médaille Militaire
  • Attribution de la Croix de Guerre avec Palme

Après la guerre

Eugène s'est marié le 23 mai 1918 à Trémorel avec Florentine BRIAND. Sa fille Marie est née en 1920. Il a exercé le métier de huissier à la préfecture de Rennes.

  • Concession d'une pension de 1560 francs par arrêté en date du 25 octobre 1921 avec jouissance du 9 septembre 1915.
  • Maintenu Réformé définitif n° 1 et pension permanente de 65% permanente pour la 1ère infirmité (incurabilité) : Enucléation de l'oeil gauche.
  • Sans pension pour la seconde pour la 2ème infirmité "100% à titre documentaire" : Alcoolisme chronique avec délire de jalousie chez un homme ayant eu un traumatisme crânien interne.
  • Décision de réforme des Armées du 21/01/1924
  • Il décéde le 21 août 1937 à son domicile ,110 Rue de Brest, à Rennes.


Sources

  • Registres de l'état civil AD 22 [3]
  • Registres matricules [4]
  • Décès : acte d'état civil Mairie de Rennes


Page rédigée par Martine LANGLAIS, adhérente CG 22 N° 10905

Outils personnels